DOSTOÏEVSKI

Le meutre et l'espéranceDOSTOÏEVSKI, LE MEURTRE ET L’ESPÉRANCE

D’une part, le mal; de l’autre, l’amour . Entre les deux, les intrigues de Crime et Châtiment et des Frères Karamazov nouent des meurtres ainsi que les procès et les châtiments qui y font suite au commandement d’aimer assez pour ne pas juger autrui. L’espérance vient répondre à la question du meurtre et la question de l’adhésion au christianisme de Dostoïevski est si instante à l’intérieur de ces deux romans qu’elle en devient un principe de structuration souterraine. Le romancier s’est autorisé du scandale de la violence et du meurtre pour désigner la voie d’une réconciliation qui les déborderait. Ainsi se présente l’oscillation qui structure Crime et Châtiment et Les Frères Karamazov, d’une part entre éthique et mystique, et d’autre part, connaissance du mal. D’où leur foisonnement. D’où leur unité.

Comments are closed.